Contenu SEO : comment façonner des contenus performants en référencement ?

Avec l’importance sans cesse grandissante du référencement naturel, toutes les optimisations qu’il est possible d’implémenter en matière de SEO sont de plus en plus recherchées par tous les propriétaires de sites Web ou presque.

Quoi de plus normal quand on sait que le trafic issu du référencement naturel est le plus qualifié d’entre tous et que c’est le trafic qui présente le meilleur taux de transformation parmi toutes les strates de visiteurs ? Dès lors, toutes les entreprises et les blogueurs l’ont bien compris, le SEO est devenu un enjeu majeur, stratégique s’il en est.

Parmi toutes les composantes qui vous permettent d’obtenir un bon référencement naturel avec les meilleures positions sur vos principaux mots clés sur les différents moteurs de recherche, un contenu SEO friendly. Qu’entend-on par là et comment structurer article et écriture pour vous doter de bons contenus SEO ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans les lignes qui suivent.

Qu’est-ce qu’un article SEO friendly ?

Alors ici, il est indispensable de tordre le cou à des idées reçues que l’on peut lire sur de nombreux blogs SEO et qui pourraient influencer négativement de nombreux webmasters. Ce n’est pas parce que vous avez 500 mots que vous terminé et que vous avez là un contenu SEO optimisé. Ça peut, dans certaines circonstances, mais considérez qu’il s’agit là d’un strict minimum. Et de toute façon, n’en tirez pas la conclusion que parce que vous aurez « réussi » à écrire 500 mots que votre page sera automatiquement SEO friendly. Nous allons y revenir dans la partie écriture SEO ci-dessous, mais vous ne devez pas seulement vous satisfaire de la densité.article seo

La densité c’est bien, mais une belle densité bien organisée, c’est mieux ! Google et les autres moteurs de recherche sont très friands d’un texte structuré avec un titre (titre de la balise H1), une introduction, des sous-titres (avec les titres de balise Hn), et pourquoi pas un menu de navigation interne à la page pour renvoyer aux différentes sections comme c’est le cas ici.

Vos différentes balises Hn seront des éléments structurants que vous pourrez optimiser, soit en utilisant le mot clé principal, soit en utilisant une variante du mot clé, soit en utilisant un mot clé d’une page vers laquelle vous allez faire un lien au sein de votre contenu.

Un article SEO ne s’entend pas que par le texte en lui-même et nous allons voir dans la dernière partie de cet article qu’il doit être illustré à minima d’une image (et plus si affinités) mais qu’il s’entend à la fois dans la globalité de la page (ne perdez pas de vue que Google et consorts positionnent des URL) et à la fois dans la globalité du site. Certains articles peuvent avoir des objectifs de positionnement minimes, mais des objectifs de dynamisation du potentiel de positionnement élevés. En matière de référencement un contenu peut être entièrement pensé pour le ou les liens vers les pages sœur qu’il va faire. C’est ce que nous aborderons dans le dernier point.

Qu’est-ce qu’une bonne écriture SEO ?

Comme nous venons de le voir, pour avoir un contenu qui soit bien apprécié par les moteurs de recherche, il faut une certaine quantité de contenu. Mais la qualité se doit aussi, bien évidemment, d’être au rendez-vous. Vous admettrez qu’il y a tout de même mieux à faire du trafic que vous venez de capter depuis la page de résultats d’un moteur de recherche que de lui donner envie de repartir aussi sec.écriture SEO

Mais cela pose une question récurrente (comme beaucoup) en référencement naturel : qu’est-ce que la qualité ? Grande question en effet. Pour tout ce qui concerne la partie écriture SEO, cela consiste à avoir un style qui soit à la fois agréable pour les lecteurs et optimisé pour les moteurs de recherche.

Une écriture SEO optimisée pour les moteurs de recherche exploite le mot clé principal visé par votre page aux endroits stratégiques de celle-ci (les différentes balises de titre) et au cœur même du contenu dans vos paragraphes mais attention, vous ne devez pas répéter le mot clé à chaque fois que l’occasion se présente. En effet, si vous ne voulez pas hériter d’un filtre algorithmique pour keyword stuffing (répétition abusive d’un mot clé au sein d’un document), vous devez être vigilant à en user, mais pas à en abuser.

Nous allons tout de suite devancer la question qui vous brûle les lèvres si vous êtes novice dans l’écriture SEO et la sempiternelle question si vous êtes un habitué des blogs de référencement en ce qui concerne la densité d’exploitation du mot clé. Vous pouvez lire à droite à gauche qu’il ne faut pas dépasser tel ou tel pourcentage d’utilisation du mot clé (parfois 3%, parfois 5%, etc.), nous préférons en ce qui nous concerne vous demander de faire appel à votre bon sens que de vous donner un chiffre qui résulterait d’une technique du doigt mouillé. Toutefois, si vous insistez et si vous en voulez vraiment un, 3% peut être un maximum déjà très conséquent.
De toute façon, plutôt que d’essayer de deviner le chiffre magique que jamais personne ne pourrait vous communiquer, profitez-en pour exploiter un maximum de variantes de votre mot clé : version féminisée ou pluriel de votre requête, verbe conjugué, etc.
Si on ne peut pas, par exemple, faire confiance à Google pour retourner exactement les mêmes résultats de recherche pour une requête avec des accents que pour la même requête sans les accents, on peut en revanche lui faire confiance pour qu’il sache bien identifier que la thématique est bien la même.

Revenons-en où nous en étions, vous devez donc avoir un style qui soit à la fois optimisé pour les moteurs de recherche et pour les utilisateurs, c’est ça une bonne écriture SEO. Copywritting, SXO, les dénominations sont multiples et nous vous laissons le soin de choisir la vôtre, l’important c’est que votre rédaction soit pensée en amont en fonction de votre requête.

On ne rédige pas les contenus sur son site Internet avant de se poser la question de savoir quel(s) mot(s) clé(s) ils vont viser. Chose que nous avons l’habitude de rappeler au sein de notre agence de référencement à Lille, mieux vaut penser le référencement naturel en amont, sinon cela va vous coûter plus cher.

Votre rédaction doit être pensée en amont donc, c’est-à-dire qu’elle doit faire en sorte de montrer à l’utilisateur qu’il est bien au bon endroit pour trouver une réponse satisfaisante à son besoin et que sa requête dans le moteur de recherche par lequel il est arrivé est bien en adéquation avec votre site.
La démarche d’une telle écriture SEO est plus complexe qu’elle n’y paraît et relève plus d’une expérience en référencement naturel, façonnée au fil des ans, que d’une capacité à « marketer » un texte SEO pour la conversion.

Cela demande de savoir se mettre à la place de la personne qui va effectuer la requête dans le moteur de recherche, pour pouvoir imaginer toutes les réponses possibles et les formuler de manière à inviter à la conversion.

Optimiser tous les contenus SEO d’une page

Comme nous avons commencé à l’aborder plus haut, pour positionner une page sur une requête donnée en bonne place, l’idéal est tout de même d’en optimiser chaque contenu SEO. L’article doit comme nous venons de le voir être optimisé dans le fond comme dans la forme en sachant que la forme ne touche pas que la forme de votre article SEO, mais sa forme globale avec les éventuels contenus additionnels qui viennent se greffer à côté du texte.

Images

Le strict minimum quand vous créez une page Web avec un objectif de positionnement quel qu’il soit, c’est que votre texte soit illustré avec au moins une image. Non pas que les moteurs de recherche soient en mesure de comprendre que l’image est bien en adéquation avec le contenu de l’article, mais ils sont en revanche suffisamment capable de le croire si vous le leur indiquez.

Une image dans un article est non seulement l’occasion de nommer l’image, mais aussi de lui ajouter un attribut alt. Les deux critères seront deux atouts pour positionner la page sur la requête que vous visez tout comme le meilleur moyen favoriser le référencement dans Google Image.

Quant à la forme de l’image, évitez simplement que cette dernière ne soit trop lourde et de mauvaise qualité, mais pour le reste vous pouvez imager comme bon vous semble si vous pensez que cela est de nature à illustrer au mieux le propos : visuel, infographie explicative, dessin, etc.

Bien évidemment, au même titre que le nombre de mots, aucune raison de se limiter si vous avez matière à diversifier et multiplier les contenus. Vous pouvez tout à fait, pour illustrer votre texte SEO, utiliser une image, une infographie explicative en cours de contenu et un dessin humoristique ou un Gif pour conclure.

Vidéo

Il n’y a pas que les images qui peuvent permettre de mettre en valeur votre contenu aux yeux des moteurs de recherche. De règle générale, Google et tous ses petits copains (Bing, Ecosia, Qwant, Ecosia, Duck Duck Go, etc.) sont amateurs de contenus diversifiés, donc autant leur proposer un contenu le plus complet que possible. Et comme les utilisateurs sont eux aussi particulièrement amateurs de vidéos, autant leur proposer une belle UX en la matière sur votre page.

Autres contenus

Si vous avez d’autres formes de contenus quels qu’ils soient, audios ou autres, n’hésitez pas à les exploiter et à proposer un contenu SEO le plus riche et diversifié que possible.

Rédacteur Web SEO

Quelles sont donc les qualités requises pour devenir un bon rédacteur Web SEO ? Pour savoir construire un texte SEO qui s’insérera à merveille dans un contenu SEO, vous devez :

  • Avoir le goût de l’écriture semble être un prérequis pour pouvoir être un bon rédacteur Web SEO (ou une bonne rédactrice Web SEO).
  • Ensuite, vous devrez apprivoiser au maximum la thématique (ou le plus souvent les thématiques) sur laquelle vous allez rédiger. Une qualité qui sera de mise chez toutes les personnes qui souhaitent exercer une mission quelle qu’elle soit en référencement naturel sera la curiosité. C’est en maîtrisant la thématique sur laquelle vous écrivez que vous serez en mesure de vous mettre à la place de la personne qui effectue la requête que vous allez ensuite cibler dans Google et que vous serez ainsi en mesure de rédiger le texte SEO en conséquence. De la même façon qu’une personne peut parler devant un public d’un sujet qu’elle maîtrise sans pour autant avoir de plan ou de discours préétabli, un rédacteur pourra parler indéfiniment d’un sujet avec un texte qui sera toujours cohérent et adapté.
  • Enfin, pour être vraiment en mesure de créer des contenus SEO performants, il est nécessaire de faire preuve de logique, de bon sens et d’organisation pour savoir structurer chaque texte correctement et pour pouvoir le mailler efficacement avec vos autres textes au sein du même site.

Besoin d’une prestation en rédaction Web SEO pour votre site Internet, pour faire du storytelling sur des fiches pour vos produits sur un site e-commerce, ou encore pour rédiger des articles pour un de vos blogs ? Chez Facem Web nous pouvons prendre en charge votre rédaction de contenu SEO alors contactez-nous pour des conseils en la matière ou pour un devis.

Rédiger pour linker

Nous allons rentrer dans une partie un peu plus technique de la rédaction Web SEO, mais vous allez voir que si vous vous accrochez vous allez comprendre. Si vous vous intéressez au contenu SEO c’est que vous vous intéressez au référencement naturel et le cas échéant vous avez dû entendre parler des liens et du potentiel que ces derniers pouvaient représenter dans un algorithme comme celui de Google (auquel on pense bien souvent fort logiquement en premier lieu).

Le contenu et les liens sont en effet deux des principaux leviers qui permettent de positionner un site Web y compris sur des thématiques très complexes et / ou hautement concurrentielles. Pour autant, il s’agit de deux leviers pour lesquels il est préférable de ne pas faire n’importe quoi si vous ne voulez pas croiser un Panda et / ou un Pingouin (noms donnés par Google à deux de ses filtres algorithmiques sanctionnant officiellement le mauvais contenu pour le premier et les mauvais liens pour le second) et de ce fait, faire pire que mieux et aggraver votre cas plutôt que de l’améliorer.

Si le contenu que vous rédigez n’a absolument aucun objectif de positionnement dans la SERP (résultats de la page de recherche), son potentiel de transmission de jus sera a priori moindre (toute chose étant égale par ailleurs) idéalement donc, vous devrez donc rédiger pour deux mots clés simultanément. Celui sur lequel vous voulez positionner la page (le trafic ainsi généré sera toujours bon à prendre) et celui sur lequel vous voulez positionner la page vers laquelle vous faites un lien.

Pour y parvenir, plusieurs solutions s’offrent à vous. La première et la plus évidente, trouver ce que l’on appelle « un angle » ou « un angle d’attaque », comprenez par là un sujet qui unit les deux sujets. A partir de là, les choses vont s’enchaîner assez facilement à la rédaction et vous pourrez réussir à faire un lien parfaitement contextualisé et tout à fait naturel entre vos deux contenus. La deuxième consiste à traiter dans l’article où vous faites le lien vers votre page principale d’un point en particulier que vous allez détailler et qui apportera ainsi un complément d’informations utile et un intérêt réciproque entre vos deux pages. Cela pourrait par exemple être une page principale qui traite d’une théorie et des pages annexes qui seraient des études de cas de la théorie en question. Dernier cas de figure, trouver dans l’article qui fait le lien un point qui mérite de faire un lien vers un contenu adjacent.

Vous avez trouvé votre « légitimité » à faire le lien ? Parfait. Maintenant, comment rédiger votre contenu pour que le lien qui y figure apporte un maximum de link juice et permette à votre page cible de ranker ? La manipulation sera un peu plus complexe, mais consistera à respecter ce que nous avons vu plus haut pour la page en question et pour la page linkée. Comprenez par là qu’il faudra utiliser au mieux le ou les mots clés de la page que vous poussez dans celle qui lui fait le lien.

Nous allons prendre un exemple pour que cela soit plus clair. Vous avez une page principale qui parle de référencement naturel et vous voulez lui faire un lien pour augmenter son potentiel. Pour cela, vous écrivez un article de présentation sur les différents leviers de visibilité qui existent pour un site Internet : publicité, affiliation, référencement payant, etc. et, dans tous les leviers, vous reparlez du référencement naturel et essayez de caser des mots clés comme : « référencement », « référencement naturel » ou encore « SEO » pour que votre lien vers votre page soit suffisamment riche au niveau de sa thématisation.

Vous vous demandez peut-être si ce que nous venons de dire là vaut pour des liens internes ou pour des liens externes ? S’il y a de nombreuses choses qui vont différer dans la façon de concevoir un lien interne et un lien externe, pour ce que nous venons d’évoquer, la méthodologie d’optimisation SEO sera la même. Voilà, vous savez tout et savez désormais comment rédiger efficacement un contenu SEO.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

A propos de l'auteur(e)