Optimisation SEO : les critères principaux pour référencer son site Web

Optimisation SEO : Ne s’occuper que du contenu de la page est insuffisant !

Ne s’occuper que du contenu de la page est-il suffisant en soi pour l’optimisation SEO ? Oui et non. Mais plutôt non aujourd’hui que oui. Pourquoi ? Parce que tout le monde prend en compte l’optique « quality content » ou presque. Tout le monde (les agences de référencement en particulier) pense mot clé et bien que certains d’entre eux soient accessibles assez facilement, la réalité montre que plusieurs critères sont nécessaires avant de penser au strict contenu. Qu’en est-il ?

  1.  Conception du site Internet
  2. Arborescence répartie
  3. Filiation de pages
  4. Liens internes
  5. Link Juice
  6. Landing pages
  7. Contenu off-page
  8. Acheter des liens
  9. Qualité des liens
  10. In-Page
  11. URLs propres
  12. Penser à l’internaute
  13. Conseils de base
  14. Ce qu’il faut éviter

Une conception de site optimisé permettant d’aller chercher les mots clés plus facilement

Base du référencement selon nous, la catégorisation sémantique de votre site Internet. Certains l’appellent tendancieusement cocon sémantique  (dixit son conceptualiste Laurent Bourrelly), organisation sémantique, ou thématisation sémantique. Le fait est que l’organisation d’un site est plus qu’importante. Cette organisation commence par l’arborescence puis le maillage de l’ensemble des contenus.

Une arborescence de site internet, c’est quoi ?

L’arborescence est une question de structure du site Internet. Généralement, la manière dont est configuré le menu permet de voir l’aspect de cette arborescence mais c’est bien plus le fil d’Ariane, qui a un impact en terme de SEO qui permet de voir la manière dont sont organisées les pages internes. Le menu peut s’avouer d’ailleurs désastreux au même titre qu’un footer lorsqu’il exploite quantité de liens internes. Un exemple ici de fil d’Ariane que vous retrouvez sur nos pages :

exemple de fil d'ariane seo

L’exploitation de données structurées pour celui-ci est un plus. Un point qui a toute notre attention vu qu’expliquer au moteur chaque élément du site favorise le référencement.

La filiation des pages, une idée simple à la base permettant de créer une organisation thématique optimisée

la filiation de page en referencement naturel

La page mère transmet le jus Web à sa fille

La filiation des pages, cela veut dire quoi ? Principalement que pour organiser les contenus par silos de votre site Internet, vous avez intérêt à créer de la profondeur de page (par rapport à la home) dans le cadre de sites assez volumineux cherchant des requêtes particulièrement concurrentielles.

Une organisation comme celle-là n’est pas anodine et il se peut très bien que certaines pages profondes d’un site soient si peu crawlées par les moteurs de recherche qu’elles perdent tout simplement l’essentiel : l’indexabilité. Une organisation doit donc est de mise, organisation qui en soi est déjà une optimisation :

L’optimisation SEO, c’est d’abord avoir un œil sur les liens internes de votre site Web

En créant des filiations de pages, vous mettez en place des liens qui a eux seuls ne suffisent pas ! Il vous faut abonder et nourrir certaines d’entre elles pour assurer des liaisons que les humains suivront mais également GoogleBot. La première règle consiste donc à triangulariser les pages : si A pointe vers B alors B ne pointe pas vers A mais plutôt vers C qui pointera alors vers A.

Globalement, songez que si vous devez performer une page en particulier, vous avez intérêt à ce que cette dernière soit assez proche de la page d’accueil et qu’elle bénéficie de liens internes plus importants.

exemple de triangularisation des pages en SEO

Triangularisation des pages

Exploiter l’attribut nofollow est une mauvaise idée aujourd’hui proscrite par l’essentiel des référenceurs. La raison est simple : le jus lien ou link juice perd de son poids dès lors qu’un lien nofollow apparaît.

Qu’est-ce que le link juice ? En quoi est-ce un critère de réflexion principal en SEO ?

Le PageRank est en soi la probabilité qu’une page soit visitée par un Internaute. Traduit simplement, le nombre et la qualité des liens pointant vers une page est un facteur déterminant de la visibilité de cette dernière. Bien que la Toolbar PageRank n’existe plus, il reste évident que ce qui a permis à Google de proposer son premier algorithme soit toujours en partie en vigueur, plus sémantique cette fois-ci.

Déterminer la valeur du PageRank d’une page n’est plus possible mais on sait qu’elle est proportionnelle au nombre de liens et à leur qualité.

En revanche, le PageRank d’une page cible est inversement proportionnel au nombre de liens présents à l’intérieur des pages d’origines. Ce qui veut dire que plus vous faites de liens dans une page, moins vous diffusez de popularité à ces dernières. De fait, vous vous doutez bien que l’une de nos premières démarches est d’analyser les liens internes.

Pousser les pages qui sont les plus vendeuses, celles que l’on souhaite avoir bien visibles sur Google

Dans l’exemple suivant, on voit un exemple de maillage interne permettant de pousser certaines pages, idéalement les pages que l’on qualifiera de landing pages (ou pages atterrissage) :

arborescence en silos pour le SEO

Les pages de niveau 1 peuvent plus facilement se placer sur des requêtes concurrentielles

Exploiter les contenus off-pages pour améliorer le positionnement

Les mots clés du contenus, c’est une chose mais les backlinks, c’est toujours aussi valable. Nous avons vu précédemment l’intérêt de mettre en place issus d’annuaires, de blogs, de guest blogs, de communiqués de presse (CP). Cette stratégie de netlinking est un fondamental qui peut s’orchestrer sur le temps de l’exploitation du site. La structure du site bien optimisé permet une diffusion plus adéquate du jus des liens créés un peu partout sur le Web.

Faut-il éviter d’acheter des liens ?

Google ne veut pas d’achats de liens mais comment faire autrement sur les requêtes les plus complexes ? Articles sponsorisés, communiqués de presse payants, annuaires payants. Oui, vous pouvez ou devez y aller dans ce cas. La question souvent redondante est : doit-on dès lors optimiser ses ancres comme dans le cas du maillage interne ? La réponse nous apparaissant appropriée est : Avec prudence et diversité, est-il logique de rencontrer Pingouin ? Évitez des ancres de liens répétitives comme on peut le voir sur la duplication de contenu des sidebars d’un WordPress, oui. Sinon, optimiser un minimum ses ancres reste finalement « assez naturel ».

Doit-on être scrupuleux sur la qualité des liens ?

Absolument, on s’attachera à regarder de plus près le potentiel des pages qui envoient le jus. Un indicateur comme le Trust Flow et plus précisément le topical Trust flow de Majestic SEO est parfaitement adapté.

Observer avec attention l’in-page (les balises titles, metadescription et autres)

Nous y voilà. Partons du principe que vous avez indexé vos contenus (meta robots index et que vous avez configuré également votre fichier robots.txt). Quels sont les éléments que nous regardons de plus près ? D’abord, si un seul point devait être optimisé sur une page, ce serait le <Title>. Ce dernier apparaît comme un lien bleu dans les résultats de recherche. Lire notre article détaillé sur l’optimisation des titles.

En considérant que le taux de clics est du référencement naturel, vous aurez soin de travailler vos meta descriptions. Ces dernières influent énormément sur la visibilité.

La balise rel= « Canonical » a un impact très clair dès lors que votre site est de grande taille. Ce tag a pour but de prévenir la duplication des contenus à la fois à l’intérieur du site mais également au dehors. Il arrive assez souvent lorsque vous bénéficiez d’une certaine popularité de voir copié ailleurs vos contenus. Il convient ainsi d’indiquer aux moteurs une originalité ou en quelque sorte la source initiale du contenu vu par l’internaute. C’est pourquoi nous préconisons sont ajout quel que soit la taille du site. A noter également qu’un lien provenant d’un contenu dupliqué a moins de poids et transfère moins de jus. Si la rel canonical n’est pas l’assurance tous risques, elle assure un minimum le taf pour éviter ce genre de mésaventure.

De notre point de vue et si ce n’est pas du référencement pur, une réflexion social media et l’optimisation des OG apparaît comme impérative. Pour assurer une richesse supplémentaire au site, pour faciliter (un peu) le partage de votre contenu très pertinent !

Le cas des urls

Plus ces dernières sont courtes, mieux c’est. Est-il utile de mettre du mot clé dedans ? Non mais c’est mieux pour la visibilité. En revanche, elles doivent refléter la filiation de pages, pourquoi pas en prenant comme référence le fil d’Ariane vu ci-dessus :

exemple d'url
monste.fr/page-niveau1/page-niveau2

Travailler le on-page ou contenu visible, en pensant à l’internaute

Le contenu doit répondre aux attentes du search avant tout Toutefois, il existe un certain nombre de règles pour optimiser la rédaction Web comme la technique de l’entonnoir inversé, le nombre de mots ou le référencement des médias (images et vidéos). Sur ce point, nous vous invitons à lire avec attention notre sujet sur la rédaction Web.

Les conseils SEO de base et ce qu’il faut éviter

Vous avez ici un panorama assez complet pour commencer à songer à optimiser votre site Internet. Toutefois, il convient de prendre le temps de la réflexion avant de faire quoi que ce soit. Plutôt que de partir bille en tête sur la reformulation des titles, réfléchir à la question du contenu associé mais également de la filiation des pages permet de voir sur un plan global dans quelle mesure telle page peut aller chercher telle requête.

Vous comprendrez donc aisément que le travail du référenceurs, lorsqu’il prodigue ses conseils en référencement, s’inscrit dans une approche d’abord liée aux liens. A la question : les liens ont-ils moins de poids aujourd’hui qu’avant, en dépit des commentaires sur l’importance des contenus que nous ne sous-estimons pas,nous dirons donc que non le lien est le point initial à toute réflexion stratégique en termes d’optimisation ! Le PageRank est basé dessus.

Ce qu’il faut éviter (à la volée) :

  • Perdre son temps à faire du netliking sur les annuaires sans penser à l’arborescence et au maillage de son site,
  • Ne pas faire de netlinking,
  • Ne pas chercher des requêtes (ou mots clés) plus simples à prendre,
  • Ne pas faire de maillage de son site, ne pas avoir eu de réflexion sur la filiation des pages,
  • Ne pas avoir de réflexion sur la conséquence des produits ou services vendus, se limiter au produit,
  • Considérer que l’on arrive sur un site par la page d’accueil,
  • Ne pas regarder en détails la qualité du code,
  • Tout miser sur l’orgueil de sa marque,
  • Ne pas essayer d’anticiper les évolutions du moteur,
  • Produire du contenu sans valeur ajoutée,
  • Se reposer sur ses lauriers.
[Total : 6    Moyenne : 5/5]

A propos de l'auteur(e)

Vous aimerez également

3 Commentaires
  1. Laurent Bourrelly 21 décembre 2016
  2. Xavier Deloffre 21 décembre 2016
  3. Serge Billon 19 février 2017

Laissez un commentaire