Knowledge graph : optimisez votre visibilité sur Internet facilement

Lorsque l’on a une entreprise de petite taille, on s’aperçoit vite que le budget de communication peut s’avérer  important. Google Adwords est une solution assez simple à mettre en place pour augmenter la visibilité sur le Web mais les requêtes étant de plus en plus concurrentielles, les coûts peuvent également être corollairement importants si vous maîtrisez mal le sujet. Aujourd’hui, nous vous présentons un ensemble de techniques à coût 0 (mis à part du temps consacré) pour augmenter votre visibilité Internet ; L’exploitation du knowledge graph est une solution pertinente, qui nous sort des chemins traditionnels du référencement naturel.

Le knowledge graph de Google: qu’est-ce que c’est ?

Le knowledge graph est d’abord une base de connaissance créée par Google en 2012 qui permet de compiler les informations sur le moteurs de recherche avec des informations sémantiques tirées de plusieurs sources. La première de ces sources, très connue, n’est autre que Wikipédia. Mais pas seulement… Amit Singhal a publié en mai 2012 dans le blog officiel de Google un article dans lequel il cite également Freebase, et la CIA World Facebook. C’est une manière d’aider les utilisateurs de Google a trouver des informations associées à leur recherche.


Mais avec le développement de Google + et l’arrivée des pages business, il convient de mettre à profit l’exploitation de ces outils pour améliorer l’image, d’abord simplement pour mettre en avant votre marque comme l’exemple ci-dessous :

Google Business dans les SERP

Ceci est le b.a.-ba mais l’appropriation par Google des données que nous lui transmettons commence seulement à partir de là. C’est d’ailleurs pourquoi il est nécessaire de mettre en place des données structurées (Microdata) exploitables par le moteur de recherche pour cet outil qu’est le knowledge graph : Schema.org, le fruit d’une collaboration entre Google, Bing et Yahoo en est un exemple important mais c’est un sujet que nous aborderons dans un autre cadre.

Comment optimiser les chances d’affichage avec les données structurées ?

Oui, les données structurées sont particulièrement efficaces car elles donnent « à manger » au moteur. Et Google, mais Bing aussi il faut le dire, apprécie particulièrement les efforts que vous faites pour lui faciliter la tâche. Mais quelles données structurées donner en premier ? La réponse est simple : L’organisation et la marque. Parce que c’est bien sur cet aspect que vous pourrez bénéficier des éléments de visibilité expliqués dans cet article.

Un exemple ? En voici un :

Exemple de localisation en J-SON Ld pour Facem Web
    <script type="application/ld+json">
    {
      "@context": "http://schema.org",
      "@type": "Organization",
      "address": {
        "@type": "PostalAddress",
        "addressLocality": "Arras, France",
        "postalCode": "F-62000",
        "streetAddress": "1", rue Emile Lenglet"
      },
      "email": "contact@facemweb.com",
      "PhoneNumber": "( 33 0) 9 82 53 68 59",
      "member": [
        {
          "@type": "Organization"
        },
        {
          "@type": "Organization"
        }
      ],
      "alumni": [
        {
          "@type": "Person",
          "name": "Nicolas Ooghe"
        },
        {
          "@type": "Person",
          "name": "Xavier Deloffre"
        }
      ],
      "name": "Facem Web",
      "telephone": "( 33 0)9 82 53 68 59"
    }
    </script>

Ce type d’effort consenti de données structurées en J-SON LD est probablement le meilleur moyen d’automatiser les tâches sur votre Framework ou votre CMS. Context, type, autant de d’explications claires pour un bot qui a besoin de plus d’éléments à restituer ensuite dans le Knowledge Graph et ailleurs.

Un tas d’autres éléments sont personnalisables mais c’est ici déjà pas mal. Songez au J-SON LD plus qu’aux autres formats comme le Microdata ou le RDFa (à utiliser à défaut d’autre chose).

Publier des posts sur Google+ et sur les pages Business

Bien que la suppression définitive de Google authorship ait particulièrement surpris les observateurs, utiliser les services de Google se révèle encore et toujours nécessaire pour travailler et optimiser la visibilité de vos articles dans les SERP de Google, également la notoriété web de votre marque. D’abord, parce qu’il est notable que beaucoup de personnes ne se déconnectent pas de Google pour effectuer des recherches sur Google, ce qui permet d’être toujours visibles d’elles si vous êtes connectées à elles. Les posts que vous partagez dans votre page business sont visibles sur Google+ et sur Google.com. Intéressant non ? A grand renfort de marketing, Google a mis en avant Google My Business, l’occasion pour vous de bien mettre en place ces posts qui présenteront vos services et votre actualité avec un minimum de texte et du visuel (image 120 x 120 maximum). Placez immanquablement des mots-clés ou tags (avec # devant le mot), idéalement en fin de post. Songez également à la taille de votre url si vous en placez une. Idéalement, elle doit être courte. Les CMS comme WordPress permettent aisément de faire des liens courts, voire des liens customisés.

Publiez enfin en prenant en compte les requêtes d’internautes qui vous intéressent, vous verrez votre visibilité locale augmenter naturellement dans les SERP de Google et observez l’évolution du knowledge graph qui reprend très vite votre post récent.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

A propos de l'auteur(e)