Agence Web SEO : 5 questions techniques à poser au référenceur

5 questions à poser pour s’assurer du sérieux d’une agence Web SEO

[Billet d’humeur] Vous êtes sur le point de trouver un prestataire pour votre référencement ou vous avez été démarché(e) par une agence web SEO. Bien entendu, vous avez des craintes quant aux marchands de rêves qui existent sur la toile et finalement beaucoup au téléphone comme nous le voyons ensuite. Vous avez indéniablement raison : En référencement naturel, on voit de tout, mais quand je dis tout, c’est vraiment tout. Si je publie ce post, c’est avant tout parce que je suis exaspéré de voir des agences web ou des pseudo agences de communication qui proposent parmi les cartes de visites, sites internet faits sur plateforme, enseignes et flyers des prestations de référencement alors que visiblement, elles n’y connaissent que dalle. Alors, je dois bien dire qu’il est possible d’avoir les ressources internes pour proposer une palette de services complète mais dans ce cas (je m’adresse à celles-ci), par pitié, évitez d’aller claquer un « Accueil » sur la title de votre Homepage, ça fait tâche. Bref passons, vous l’avez compris, c’est un billet d’humeur, une mise au point en quelque sorte qui se ponctue à la fin par 5 questions simples pour voir à qui on a affaire.

Comment déceler les agences Web SEO vendeuses de rêves ?

Faire de l’argent grâce au Web, ce n’est pas nous qui allons le « mettre à l’index », si je puis dire. Mais vendre du rêve, oui. un marchand de rêve, c’est quoi ? C’est le type qui vous appelle tant et tant de fois pour décrocher un rendez-vous rapide avec vous afin de vous proposer la solution miracle, Qu’à la fin vous craquez. La-dite solution est rapide évidemment, connue de lui et de lui seul (le type connaît des gens de chez Google, travaille sur des solutions complètement innovantes, etc.) et bien sûr sa noble démarche est souvent basée sur un fabuleux et unique (ou presque) partenariat avec vous. 1ère mise au point : Ce type dans beaucoup de cas est payé au contrat signé.

En droit commercial, le partenariat est lié à une prestation tarifée. Un partenaire, c’est quelqu’un avec qui vous avez des relations commerciales, contractualisées. Comprenez : c’est pas forcément un ami avec lequel vous allez passer de belles soirées en hiver autour d’une raclette ! Alors, ça peut le devenir mais c’est bien souvent le fruit d’une relation suivie et longue, on est d’accord. En règle générale, se faire démarcher par téléphone pour de la visibilité sur Internet, Google ou Facebook, c’est super louche.

Un marchand de rêve sur le Web, quant à lui, c’est une personne qui vous assure (comment peut-on s’engager sur les issues à ce point dans le digital ?) des points de croissance ou des revenus exponentiels grâce à sa solution.

Mais bon, admettons, nous vous donnons ici quelques clés pour séparer le bon grain de l’ivraie. Commençons par une formule de vendeur de rêve :

Grâce à notre partenariat, nous allons vous mettre rapidement en première page de Google !

Hum, appelez Facem Web et dans les 48 heures, c’est le cas également (si si, je n’ai pas dit sur quelle expression de recherche). Décortiquons la phrase :

C’est quoi la première page sur Google ? C’est en fait des millions de pages potentielles sur plein de termes ; il n’y en a pas qu’une !

La promesse formulée par le « rapidement » : « les promesses n’engagent que ceux… » S’il est possible dans un délai très court de faire des ads sur les expressions clés grâce à Google Adwords, les temps en référencement naturel n’ont strictement rien à voir. A ce propos, lire notre article sur la manière de choisir une agence de référencement. La promesse de performance d’un référenceur, c’est souvent pas très bon. Dire que c’est possible oui, s’engager pour dire que cela le sera assurément, non. Donner des délais estimés, oui dans certains cas, mais ils sont estimés (!).

Le référencement naturel est fait de nombreux points de détails, une masse très importante de critères SEO qu’il convient d’analyser et d’exploiter dans le temps (Google change tous les jours, il y a aussi des concurrents qui s’échinent sur les expressions…) : L’éthique veut donc qu’assurer une première position sur une expression concurrentielle confine à de l’inexpérience ou de la duperie volontaire.

Notre conseil : Prenez en compte l’éthique du référenceur

La signature de contrat car l’offre exceptionnelle est limitée dans le temps

On le sait, la durée dans le temps est un argument pour hameçonner mais ça marche toujours. Vous avez été démarché par téléphone, et sous les coups de boutoir de commerciaux, vous acceptez de prendre un rendez-vous, lassé(e). Vérifiez trois choses : Serez-vous propriétaire de votre site si on vous vend un site avec ? Quelle durée pour l’engagement du contrat ? Un organisme de crédit (en particulier le crédit-bail) intervient-il ?.

L’engagement sur 24 ou 48 mois, vous vous rendez compte ? Pour quoi faire ? Dans quelle mesure la relation de confiance entre un fournisseur et un client ne peut-elle pas être bien plus limitée dans le temps et potentiellement renouvelée ?

Nous avons à de nombreuses reprises constaté ce genre de pratique avec malheureusement pour conséquence le simple fait de voir des entrepreneurs, des e-commerçants payer dans le vide ou presque une prestation qui de toute manière a été réglée par l’organisme de crédit au prestataire. Le verrou. Les moyens de pression sont quasi nuls, les moyens de casser le contrat très complexes et cela se termine sinon devant le tribunal, avec un dégoût profond parfois pour la profession dans son ensemble. De quoi être triste-amer.

Ne signez pas sur un seul rendez-vous des engagements aussi longs sans prendre connaissance du prestataire. Généralement celui-ci est décrié sur certains forums, blogs personnels ou sur les réseaux sociaux. Ces avis et commentaires, c’est toujours possible de les retrouver malgré le fait que ces sociétés peu scrupuleuses travaillent énormément leur notoriété web. Allez sur Google, Duck Duck Go ou n’importe quel moteur, tapez « nom de la société + avis » ; rendez-vous page 2, page 3, etc.

Notre conseil : L’offre limitée dans le temps, c’est juste du pipeau qu’il faut fuir.

Mon autre conseil, c’est en fait un avis : Je trouve bizarre d’aller démarcher dans le dur par téléphone pour du référencement naturel, il y a tant d’outils en cohérence avec l’activité à exploiter (SEO, Search, Remarketing, Display, mailing, Facebook, réseau et recommandations y compris par des pairs, etc.) Mais bon, c’est à vous de voir.

Soyez toujours propriétaire de votre site Internet !

Alors là, bienvenue dans le verrouillage complet du client : Engagement + Location crédit-bail = Je suis propriétaire de rien et archi dépendant des équipes techniques de la société prestataire qui a une obligation de moyen en matière de référencement naturel, évidemment. Si l’obligation de résultat, c’est plutôt n’importe quoi en SEO, dans ce cas l’obligation de moyen est potentiellement un leurre. Ça peut se faire en 10 secondes et 7 dixièmes chrono : donne moi ton texte que je claque dans mon framework, et voilà, le référencement est fait !!! Vérifiez bien ce qui est détaillé dans le devis en matière de prestation.

Le contrat lié à un organisme de crédit, c’est de l’engagement à payer

Vous n’êtes pas satisfaits de nos services ? Vous avez toujours un moyen de pression ; le chèque, le virement, etc. Enfin, normalement vous êtes satisfait n’est-ce pas ? Mais si vous signez un contrat avec un crédit à la clef, c’est bouclé : Le prestataire s’assure du versement des X mois de crédits et votre fournisseur devient en quelque sorte l’organisme de crédit. Pour peu que la relation commerciale soit de très mauvaise qualité, vous êtes pieds et poings liés. Attention donc à ce genre de pratique pour laquelle votre statut de professionnel ne vous sauve pas comme un particulier (délai de rétractation notamment).

Flairer les pseudos experts en référencement avec 5 questions un peu techniques

Pour continuer cet article sur les agences Web SEO douteuses, et dans la mesure où vous n’avez pas forcément toutes les compétences pour voir si au final vous n’en savez pas plus que votre interlocuteur, es expert en référencement, je vous propose de lui poser 5 questions, pour tester le répondant et bien entendu adaptables. Toutes ont leur mérite. Certains commerciaux sauront vous répondre et dans ce cas, cela laisse supposer un certain sérieux qui pourrait potentiellement se refléter également dans les équipes opérationnelles, en plus des vérifications précédentes.

1) Si je fais une campagne Adwords, est-ce que cela améliore mon référencement naturel ?

Pour la petite histoire, nous avons été démarché par des gens se réclamant de Google qui nous ont carrément vanté le fait de faire des campagnes Adwords pour améliorer notre référencement naturel : 1/ ça vaut le coup de voir un peu nos rankings qui semblent (a priori) corrects, 2/ Vendre de l’adwords pour du naturel, c’est fort de café. 3/ Nous travaillons sur les campagnes en lien avec notre Centre multicompte Adwords (pour nos clients) et je me vois mal ne pas faire un distingo énorme entre les deux techniques. La réponse correcte est donc : Non, cela n’influe pas directement le référencement naturel qui nécessite bien d’autres techniques différentes.

2) Quelle différence y-a-t-il entre une 301 et une 302 ?

Formulée de cette manière la question n’évoque pas la redirection permanente 301 et la redirection 302 temporaire. Les redirections permettent notamment d’envoyer automatiquement une page vers une autre. Certains me diront que c’est trop technique pour des commerciaux. Je dirais en réponse : peut-être mais j’ai oui-dire que certains traffic managers n’en savaient pas beaucoup plus. Inquiétant lorsque l’on sait que les redirections font partie du quotidien du consultant en référencement. Et je n’imagine pas une seconde envoyer un commercial sur les routes sans qu’il ait au minimum ce type de connaissance métier en bagage. Nous travaillons avec des professionnels aguerris au web également !

3) Que sont les balises OG ou Open Graph ?

Là, beaucoup vont tomber, mais tant pis pour eux. Les balises Open graph initiées par Facebook permettent d’améliorer la visibilité sociale des contenus avec un affichage plus adapté sur la plateforme sociale. Ce n’est pas à proprement parler du pur référencement, je vous l’accorde mais justement ! Cela fait partie de ces aspects à contrôler dans la conception d’un site ou la publication de contenu, Google ne fait pas tout. Rappeler son faible impact mais aussi le fait que cela fait partie de la qualité de la prestation vous va bien également.

4) Pouvez-vous m’expliquer ce qu’est une ancre de lien et ses conséquences pour mon référencement ?

Sur les conséquences, vous aurez parfois des discours divergents, notamment sur la question des backlinks et du maillage interne, c’est intéressant d’en avoir le détail par votre interlocuteur pour faire des choix par la suite (c’est un point très fort jusqu’à risqué en référencement). Mais qu’est-ce qu’une ancre de lien ? On l’appelle également texte d’ancre ou anchor text, elle est visible le comme support du lien hypertexte. Par exemple, on voit souvent des « cliquez ici », »lire la suite » ou « En savoir plus » vous permettant d’aller sur une autre page. D’un point de vue technique cela ressemble à ceci :

Exemple d'ancre de lien
<a href="https://facemweb.com">Texte de l'ancre de lien ou anchor text</a>

Notez le balisage <a>…</a>

Remarque personnelle : Si tu sais pas ça et que tu me dis faire du réf, tu te moques du monde.

5) Citez-moi des exemples de filtres connus de Google

Oui, Google dispose d’un algorithme avec de multiples filtres connus ou moins connus. Poussez la chansonnette en leur demandant leur fonction. Votre interlocuteur connaît-il Pingouin, Panda, Opossum ? Ces filtres ont tous une fonction particulière que vous pouvez retrouver dans ce que l’on appelle le zoo de Google. Un commercial doit bien en connaître quelques-un et être à l’aise devant ces questions. Le discours doit être clair et c’est pas si grave s’il oublie de mentionner un Google’s Hawk . De la même manière, connaître les guidelines de Google est une obligation ; S’il vous vend uniquement du mot clé et qu’il ne lâche jamais les termes de sémantique ou d’arborescence par exemple, c’est étrange. Des tests peuvent être pratiqués avec les différents interlocuteurs. Posez des questions !

Pour conclure sur les agences Web SEO sérieuses et douteuses

Google rappelle régulièrement que le métier de référenceur est soumis à toutes sortes de, disons, charlatanisme. C’est connu et si les questions précédentes peuvent vous aider à discriminer un peu les professionnels sérieux auxquels vous aurez également demandé des références des autres beaucoup moins scrupuleux, c’est tant mieux : Vous vous ôtez de la difficulté de devoir rompre un contrat le plus souvent bien ficelé par des juristes. Notez également que ces questions techniques peuvent être posées à partir de notre lexique du référencement. Mon conseil : faites-le dès le démarchage téléphonique, les pratiques commerciales douteuses qui concluent sont pratiquées auprès de potentielles victimes en position de faiblesse (ces dernières ne maîtrisant pas les arguties adéquates de l’interlocuteur). Si vous montrez un certain savoir, vous êtes globalement tranquille, ils vous raccrochent même au nez !

Vos commentaires sont les bienvenus comme toujours. Merci toutefois de ne pas mentionner de sociétés avec lesquelles vous avez eu affaire, elles ont souvent des avocats au coin du bois 🙂 .

[Total : 2    Moyenne : 5/5]

A propos de l'auteur(e)