Le SEO est mort, la bonne blague, marronnier des référenceurs

Vous pensez que le SEO est mort, rassurez-vous, il est plus vivant que jamais

Aujourd’hui, c’est décidé, nous allons nous aussi vous parler de la mort fictive du SEO. Après tout puisque tous les référenceurs exploitent le célèbre marronnier dans la communauté, pourquoi pas nous en tant qu’agence de référencement web. C’est une nouvelle vidéo, ici de Stéphane Briot qui nous a donné l’envie à notre tour d’y réagir et de partager avec vous un avis dissonant. On pourrait dire que le SEO est mort comme le font la plupart de nos confrères avant de nous parler de tout un tas d’autres choses, certes très intéressantes et qu’au final, peut-être à la manière du Phénix qui renaît de ses cendres, le SEO est de retour à la vie et revient se tailler une part du gâteau dans le webmarketing dont il fait partie intégrante. On pourrait. Ou plutôt, on aurait pu. Et au final en fait non, soyons francs, on aurait pas pu. Parce que pour nous, le SEO est on ne peut plus vivant et de dire que le SEO est mort n’a jamais été vrai.

Avant d’aller plus loin, vous devez bien comprendre que si la teneur est dissonante par rapport aux vidéos qui suivent et que vous pouvez retrouver ci-dessous, nous respectons évidemment les points de vue des trois confrères « compères » que sont Laurent, Stéphane et Thomas et sommes d’ailleurs d’accord avec beaucoup de points, y compris sur d’autres sujets. Nous ne vous aurions pas diffusé les vidéos ici et encore moins linké leurs trois sites –  que nous considérons comme autant de saines lectures – dans la négative. C’est simplement sur les conclusions à en tirer, que nous voulions exprimer un point de vue et une conclusion que nous trouvons assez peu exprimés dans la communauté SEO.

Retour sur la vidéo Qui veut gagner des millions de Stéphane Briot

Alors d’ailleurs ici nous faisons un retour tout autant sur le point de vue de Stéphane que sur celui de Thomas (l’un des deux « sachants » 🙂 ). Les gars, on est d’accord sur le principe et évidemment qu’il ne faut pas prendre le SEO comme seul axe de développement et que l’on peut se foutre royalement du reste. Évidemment que si l’on se fiche complètement de l’expérience utilisateur avec un site qui ne donne que comme seule et unique envie que de se barrer immédiatement cela va être compliqué, mais entre nous, pensez-vous que cela ait réellement changé ?

Alors oui, en un sens oui. A l’époque où beaucoup (tout le monde dans certains secteurs) faisait de la merde, cette dernière était sans doute beaucoup plus acceptable. Seulement imaginez un peu, à l’époque où tout le monde faisait des sites, aujourd’hui considérés comme plus que vieillots dans le meilleur des cas, si quelqu’un arrivait à faire quelque chose de plus propre et plus abouti avec un design agréable (sans trop détonner pour ne pas choquer, la bonne limite étant à trouver je vous l’accorde), avec une ergonomie bien pensée, des CTA configurés par des tueurs en marketing… Nous voulons bien vous rejoindre sur cette conclusion, le SEO ne suffit plus pour couvrir des errances qu’il couvrait auparavant, mais cela ne tient pas tant à une évolution du référencement naturel en lui-même, cela tient d’une évolution du web dans sa globalité.

Et cela ne vaut de toute façon pas moins pour les autres supports. Vous nous dites le SEO est mort si on ne le conçoit que sous le vieux prisme backlink, backlink, backlink, il faut que le site soit bien pensé, qu’il apporte une réponse intéressante à la requête, etc. Mais en quoi est-ce différent pour le SEA par exemple ? Vous pouvez toujours optimiser vos annonces Adwords (pour rester sur le même media d’acquisition qui est Google), si derrière le site est lamentable, même combat, aucun intérêt.

Retour sur la vidéo Le SEO est mort ! J’ai vu naître et mourir le métier de référenceur de Laurent Bourrelly

Ici c’est plus un autre prisme qui nous a quelque peu « chagrinés » dans cette vidéo. Là encore, nous partageons beaucoup d’éléments, mais Laurent, le SEO ne se limite pas à la requête « assurance auto ». Sur tout ce qui y est dit, concernant ladite requête et le fait qu’une agence de référencement web puisse sans scrupule proposer un contrat juteux qui n’apportera effectivement aucun résultat puisque « le game » ne se situe effectivement pas en fin de page une et encore moins en page 2, nous sommes complètement (mais alors complètement) d’accord, c’est parfaitement lamentable. Ce n’est pas du tout dans notre mentalité à l’agence et nous condamnons ce genre de pratiques détestables et de référencement garanti et autres prestations SEO du même genre.

Seulement voilà, sans ambitionner d’être un acteur majeur incontournable du web, on peut tout de même travailler sa visibilité sur les requêtes locales et il y a de nombreux acteurs qui ont besoin (parce qu’ils ne savent pas ou parce qu’ils n’ont pas le temps ou autre), qu’on les aide pour pouvoir bénéficier d’une bonne visibilité sur des requêtes qui, certes, ne vont pas générer un trafic massif, mais qui en revanche draineront un trafic qualifié et générateur de chiffre d’affaires derrière.

Après évidemment, si le petit acteur local peut se donner les moyens de travailler sa visibilité globale sur le web (et en dehors) en développant en parallèle d’autres canaux d’acquisition, ce n’en sera que mieux, mais le SEO peut être nécessaire et a minima bien rentable d’un point de vue digital pour nombre d’acteurs. Il y en a tant pour qui une simple page fan Facebook est amplement suffisante et à qui des agences web peu scrupuleuses proposent des formules aliénantes avec engagement mensuel de plusieurs milliers d’euros…

Retour sur la vidéo Le SEO est-il en pleine mutation de Thomas Cubel

Dernière vidéo et là, de deux choses l’une, soit nous sommes complètement d’accord, mais nous considérons auquel cas que ce n’est pas nouveau, soit nous ne sommes pas d’accord du tout.

Prenons la première optique, nous sommes d’accord. Ici dans la vidéo, on parle par exemple beaucoup de content marketing. Nous sommes totalement d’accord sur le sujet. Seulement nous considérons en ce qui nous concerne qu’il s’agit là d’une des dimensions du SEO et depuis longtemps. Après peut-être cela vient-il de nous. Nous sommes peut-être des extrémistes du SEO, mais pour nous, tout est histoire de SEO. Enfin, du moins le content marketing en fait pleinement partie. Évidemment c’est toujours mieux un site avec du content marketing qu’un site sans (ou pauvre en) contenu. Mais si le content marketing est en plus optimisé pour le SEO, c’est encore mieux, non ? En fait, nous considérons, peut-être à tort, que tout ce qui impacte le positionnement dans les moteurs de recherche, même de façon indirecte, peut être considéré comme du SEO.

Autre optique donc, on ne prend qu’une forme de SEO non évolutive à l’ancienne qui pouvait être suffisante pour certains types de projets à une certaine époque, alors non, nous ne sommes pas d’accord. Le SEO « purement SEO » entendu en ce sens a été rendu plus complexe par Google et il faut s’adapter, mais de là à dire que le SEO est mort, non loin de là. Oui Google est bien plus performant pour détecter certaines méthodes, seulement d’une part, une bonne partie de l’exercice du métier est encore la même, et d’autre part, ce n’est pas parce que les règles ont changé et que c’est plus dur désormais que le métier est pour autant en pleine mutation. On peut toujours optimiser la structure de la même façon, on peut toujours optimiser le contenu et le balisage de la page de la même manière, etc qu’il y a un bon moment déjà. Et on peut toujours spécifiquement s’amuser à tester le moteur dans sa nouveauté. En soi cette partie moteur est parfaitement spécifique et peut se prendre pour elle seule (isolément observable dans un ensemble d’outils à disposition) dans une approche multicanale, un peu comme le community manager peut spécifiquement s’occuper de l’optimisation de sa page Facebook. Ceci n’est pas nier l’inter-connectivité de l’ensemble de ses outils pensée par chacun des acteurs, seulement remarquer que chaque branche nécessite plus de spécialité et d’expertise. Vivant le SEO, plus que jamais 🙂

Alors venons-en là où vous nous attendez au tournant. Pourrait-on reposer la question en disant, le backlink est-il mort ? Pour nous la réponse est évidente, peut-être la même que la vôtre, peut-être pas, mais demanderait, à minima, un nouveau débat.

Chose promise, chose due, trois saines lectures :

[Total : 3    Moyenne : 5/5]

A propos de l'auteur(e)

8 Commentaires
  1. Laurent Bourrelly 14 décembre 2017
  2. Nicolas Ooghe 14 décembre 2017
  3. Xavier Deloffre 14 décembre 2017
  4. Sébastien Pierrepack 14 décembre 2017
  5. YL 15 décembre 2017
  6. Thierry HENRY 15 décembre 2017
  7. Xavier Deloffre 16 décembre 2017
  8. Xavier Deloffre 16 décembre 2017