Rel nofollow, comment mettre un lien a href no follow ? Quelle utilité SEO ?

Comment savoir si l’on doit mettre un lien en nofollow en SEO ?

Les liens nofollow sont une pratique qui a une bonne dizaine d’années dans le Web et qui fait régulièrement débat. Par défaut, les liens sont dofollow, ce qui veut dire que l’on permet aux moteurs de recherche, par l’intermédiaire de leurs crawlers, de suivre les liens hypertextes que l’on propose (dans son site ou sur un site tiers).

La pratique d’échange de liens de nature différente peut provoquer un déséquilibre et surtout une non-réciprocité des liens entre deux sites, l’un utilisant le dofollow et l’autre le nofollow. Dans cet article, après quelques explications techniques (mais pas trop), nous allons essayer de voir quels sont les cas où le nofollow se justifie et surtout essayer de comprendre quel impact cela peut avoir sur le référencement naturel d’un site Web.

Son usage est utile puisque Google Bing et Yahoo ne prennent pas en compte le nofollow. C’est l’occasion pour nous de voir la manière de faire usage (ou pas) du nofollow sachant que Google s’est encore récemment exprimé sur le sujet.

Qu’est-ce qu’un lien nofollow ? Petite définition

Le principe général est qu’en créant des liens, vous transférez la popularité d’une page comme votre Homepage par exemple à d’autres pages. Un lien nofollow est juste une valeur non standard de l’attribut « rel » (ou relation) dont on a déjà parlé à plusieurs reprises, notamment concernant le rel=canonical de la balise <a> qui sert à créer des liens hypertextes. Un élément HTML supplémentaire à votre href qui n’a rien de sorcier sachant que des liens, on en effectue à peu près tout le temps (surtout sous WordPress 😉 ).  L’attribut « nofollow » ajouté indique que vous ne souhaitez pas transmettre la popularité d’une page.

On fait souvent attention (à raison) à limiter le nombre de liens sortants pour éviter des pertes. Évidemment, on peut être encouragé à réaliser des liens vers des pages vers lesquelles on ne souhaite pas transmettre cette fameuse popularité, c’est dans ce cas que vous pouvez proposer un lien nofollow. Le but est d’indiquer aux moteurs de recherche que ce lien n’est pas à prendre en compte, avant tout parce que le lien est de faible qualité, mais nous voyons plus loin les autres cas.

Voici dans les faits un lien « classique » en dofollow que vous connaissez certainement et qui peut se décliner de la manière suivante :

lien dofollow
<a href="http://www.monsite.fr/">Mon texte de lien desoptimisé</a>

Et voici le lien nofollow :

lien Nofollow
<a href="http://www.monsite.fr/" rel="nofollow">Eh Google, je n'assume pas ce lien !</a>

Cela dit nous vous proposons d’aller un peu plus loin…

Link juice et no follow, je t’aime moi non plus

D’abord solution miracle puisque permettant d’empêcher un moteur de recherche de suivre les liens marqués no follow, on s’est aperçu depuis que la multiplication des liens no follow sur une page réduisait le volume de Google juice des liens dans leur ensemble (dofollow et nofollow). En soi, pas bien mais vous souhaitez plus d’éléments sur le link juice ?

Le link juice, c’est en gros ce que vous apporte Google comme référencement sur votre page d’index ou encore un article « porte d’entrée » de votre blog, des éléments particulièrement crawlés. C’est là qu’il faut prendre le plus de précautions dans la création de liens… C’est aussi là qu’il y a matière à opérer la meilleure redistribution possible et le no follow, clairement n’y a pas vraiment sa place.

Pour mieux comprendre le fonctionnement du Link Juice, il faut avoir en mémoire l’importance du backlink dans votre référencement.

Les cas inutiles et autres cas pas si incongrus de placement du no follow

Alors vous allez dire « mais où puis-je utiliser le nofollow ? » Eh bien la logique voudrait qu’on l’utilise notamment sur les blogs (c’est d’ailleurs fait de base sur les CMS les plus usités). Pourquoi ? Parce que vous savez bien que de nombreux commentaires n’ont pas d’intérêt (sauf les vôtres j’entends bien) et qu’il n’y pas de raison de donner du jus à des liens qui sont une technique en plus mal vue par Google.

Bon, en vrai, on trouve des blogs sur lesquels les commentaires permettent le dofollow, faut chercher un peu, par exemple dans les annuaires de blog, s’intéresser aux spammeurs de blogs, etc. Mais nous ne l’avons pas dit. Notez également que les liens nofollow venant de sites d’autorité sont quand même toujours appréciables.

Incongru et même carrément scandaleux serait de placer un nofollow sur une page présentant un partenaire. Tu as vu je t’ai fait un joli lien ?


Suicidaire serait de placer tous ses liens internes en nofollow. On voit parfois des choses étonnantes.

Là où il est recommandé de le placer, bien que ce soit sujet à controverse pour les référenceurs

Placer un nofolow sur un lien d’inscription dans un forum est ce qu’il faut faire selon Google, l’intérêt de ces pages d’inscription étant nul pour le moteur de recherche.

Vous souhaitez monétiser vos contenus ? Le surpuissant moteur de recherche recommande son usage pour le cas de l’affiliation : Faire un lien de promotion sur un blog pour espérer une rémunération en échange demande la mise en place du link nofollow.

De la même manière les liens avec mentions de type « site créé par » sont à placer en nofollow. Cette préconisation récente de John Mueller répond à une certaine logique naturelle du crawl.

En janvier 2014, Google avait fait très mal aux articles sponsorisés de Buzzea, toujours dans le but de garder main mise sur la pertinence des contenus référencés, faisant passer le pagerank du site à 0 et conduisant à l’abandon du projet. Les bloggeurs avait dans ce cas la possibilité, sur leur propre initiative, de transformer les liens initialement dofollow en nofollow. Placer des liens payants en nofollow est ce qui est également préconisé.

Il est également un cas spécial :

Mettre une page entière en noindex nofollow avec la balise ?

Il s’agit d’ans ce cas d’utiliser une balise meta (voir les définitions dans notre lexique SEO) dans le <head> de votre page comme ceci :

Meta noindex nofollow
<meta name="robots" content="noindex,nofollow"/>

Et la classique noindex (pour tous les robots) :

Meta Noindex
<meta name="robots" content="noindex"/>

Arrêtons-nous quelques instants sur cette meta noindex nofollow. Les cas sont peu nombreux, à la limite de l’inexistant. Pour que tout soit clair, la classique norme meta noindex, elle, est utile pour bloquer les robots des moteurs de recherche dans le cas où on ne peut le faire à partir du serveur. Cela permet de faire un contrôle page par page et son utilité paraît évidente. On ne souhaite pas forcément indexer une page en construction par exemple.

Le cas du noindex nofollow est exploité de manière bien plus rare. On pourrait penser qu’il serait utile à des pages de type « mentions légales » mais tous les liens ne sont pas à marquer comme indésirables… La meta existe donc, merci Google, mais que peut-on en faire ? La vidéo ci-dessous date un peu :

On pourrait songer à l’utiliser dans les pages d’intranet ou d’extranet, un backoffice de WordPress, etc. pour éviter un suivi malheureux du crawler. Cela dit, ces pages sont théoriquement inexplorées par Google. Le fichier robot.txt peut permettre d’empêcher ce crawl. Ce choix se restreint donc à des pratiques que peuvent mettre en place des Webmestres pour se simplifier une tâche, a minima, ou pour assurer une sécurité supplémentaire au plus.

Notre pratique concernant la balise et également l’attribut

En ce qui nous concerne, nous essayons le moins possible d’utiliser cet attribut nofollow. D’abord parce que comme nous l’avons vu plus haut, celeui-ci pose des problèmes en termes de Link Juice. Ensuite, parce que nous ne réalisons jamais de lien footer par exemple précisant que le site en question a été créé par nos soins.

On préfère à la grande rigueur placer ce type de lien dans les mentions légales (Qui elles sont en noindex dofollow). Enfin, parce que nous avons le souci de la qualité du lien, qu’il soit en interne ou qu’il représente pour vous un backlink.

Comme dans l’exemple ci-dessus faisant référence au link juice évoqué par le site Abondance, le lien externe sera la plupart du temps desoptimisé (pas toujours n’est-ce pas) et en dofollow. Le Web, c’est accepter de faire du lien trust, pourquoi le désavouer ?

Vos suggestions sont bienvenues 😉

D’ailleurs et vous, que faites-vous avec cet attribut nofollow ?

[Total : 10    Moyenne : 4.9/5]

A propos de l'auteur(e)

8 Commentaires
  1. loi pinel neuf 6 octobre 2016
  2. Xavier Deloffre 6 octobre 2016
  3. Madhushalini 7 novembre 2016
  4. Xavier Deloffre 7 novembre 2016
  5. SERGE-JEROME LAVERNY 29 juin 2017
  6. Digikode 10 juillet 2017
  7. Rochdi 25 août 2017
  8. Xavier Deloffre 25 août 2017