Comprendre Google : comment apprivoiser l’algorithme ?

Quand on est webmaster ou propriétaire d’un ou plusieurs sites Internet, il y a un levier d’acquisition de trafic que l’on cherche bien rapidement à apprivoiser tant il nous apparaît comme étant indispensable. Ce levier, vous l’avez toutes et tous reconnu, il s’agit du leader des moteurs de recherche, le géant de Moutain View qui domine le marché depuis plusieurs années et de manière pour le moins hégémonique. Se pose donc on ne peut plus légitimement la question suivante : comment faire pour comprendre Google ? Vaste question. Ou plutôt non, simple et courte question, mais dont la réponse est pour le moins peu évidente. Agence de référencement basée à Arras près de Lille, Facem Web vous propose un embryon de réponse si vous êtes dans cette démarche de vouloir comprendre Google.

De quoi est composé l’algorithme de Google ?

Au même titre que ses confrères moteurs de recherche comme Bing, Yandex, Baidu, Duck Duck Go, Lilo ou encore Ecosia, le moteur de recherche de Google qu’une majorité d’entre vous utilise quotidiennement et à plusieurs reprises (Google représente à lui seul plus de 90% des parts de marché des moteurs de recherche en France) utilise de nombreux critères pour pouvoir retourner aux utilisateurs qui le lui demandent les résultats les plus pertinents en fonction d’une requête donnée. Vous vous doutez bien que le fonctionnement précis et intégral est aussi bien gardé que tous les autres secrets industriels du même type, mais voyons tout de même dans les grandes lignes comment fonctionne Google.

Du crawl, des clusters et un algo

Pour y parvenir, le moteur commence par scanner le Web (on appelle cela crawler dans le langage du référencement naturel et de l’algorithmique) pour recenser toutes les pages qui peuvent exister. Ensuite, en fonction de nombreux critères, il classe les différents documents ou pages Web dans un ou plusieurs clusters en fonction du ou des sujets traités par le document ou la page en question et qu’il a su identifier comme tel. Concrètement, un article qui parle d’un jeu vidéo de football appartiendra à la catégorie jeu vidéo, où l’on pourra le retrouver avec des jeux vidéos sur des thématiques complètement différentes et il appartiendra à la catégorie football, où l’on pourra le retrouver avec des documents qui traitent de football mais pas nécessairement de jeux vidéo. Une fois qu’un document est classé dans un ou plusieurs clusters (il peut se déplacer ou venir s’ajouter ou se retirer de certains clusters avec le temps), il est susceptible de ressortir, parmi tous les autres documents qui sont estampillés comme lui, sur une requête donnée.
Une fois que le moteur a réussi à établir la liste des sites susceptibles d’intéresser l’internaute pour une requête donnée, l’algorithme de Google essaie, en fonction d’une multiplicité de critères, de déterminer un classement par ordre de pertinence entre tous les résultats.

Comprendre Google dans les grandes lignes pour gagner en visibilité

Avec tout ce que nous venons de dire, il est on ne peut plus tentant d’essayer de deviner ce qui peut bien se cacher dans les critères pris en compte par l’algorithme pour pouvoir optimiser son site Internet en conséquence et faire ainsi en sorte de gagner du trafic par l’intermédiaire du référencement naturel dont nous allons nous permettre de rappeler que c’est à ce jour le trafic le plus qualifié que l’on connaisse sur un site Web.

Au fil du temps et à force de creuser, d’effectuer des tests de manière très fréquente, d’effectuer des préconisations et d’en analyser le suivi lors de chaque audit de référencement, les référenceurs de France et de Navarre ont réussi à déceler des éléments que le moteur valorise. Cela étant dit, la recette miracle ne se révèle pas telle une formule mathématique. Comprendre Google, c’est connaître des éléments dont on le sait friand et connaître des éléments dont on sait pour chacun d’entre eux qu’il s’agit d’un élément que l’algorithme interprète favorablement. Cela n’empêche pas qu’il faut toujours considérer chaque situation comme un tout et comme une situation unique.
Par exemple, si vous avez un nom de domaine optimisé et avec de l’ancienneté, mais que vous avez un contenu extrêmement pauvre et très peu de backlinks, cela risque bien de ne pas être suffisant.

Disons dans les grandes lignes que vous devez :

  • avoir un contenu suffisamment riche en densité, en diversité et qui est en adéquation avec les besoins des internautes sur la requête en question,
  • avoir un code source propre et si possible enrichi de données structurées qui vont aider le moteur à s’y retrouver sémantiquement parlant à plusieurs niveaux tout en maximisant vos chances d’afficher des rich snippet de qualité,
  • avoir une structure de site optimisée au niveau SEO en donnant un maximum de poids aux pages les plus importantes par rapport à votre activité (et le plus souvent avec les objectifs de positionnement dans les résultats des moteurs de recherche les plus élevés),
  • essayer d’avoir un maximum de liens qualitatifs qui pointent vers votre site Internet et qui enverront un signal positif aux moteurs, en particulier celui de Google.

A propos de l'auteur(e)

Laissez un commentaire